Révision de la directive sur les travailleurs détachés : la gifle polonaise ou la contradiction européenne

Tout en prônant une mondialisation heureuse, Macron « en même temps » cherche à mettre en place d’autres protections, notamment avec son « fameux » bouclier européen. Reste à déterminer s’il peut l’être…

En attendant, le voilà parti à l’assaut de la directive sur les travailleurs européens mais la Pologne, première origine des salariés détachés en France, se cabre. Nous voilà au cœur de la contradiction européenne entre cette vision « ésotérique » de la grandeur de l’Europe et la voracité des intérêts nationaux bien vivace.

Avant de revenir sur la situation de la Pologne : que prévoit et permet cette directive qui remonte à 1996 en vue de développer positivement le marché intérieur de l’UE ?

Tour d’horizon en deux points:

-La directive relative aux salariés détachés au sein de l’UE

-Quelle réforme ? L’Europe peut- elle sortir de ses contradictions : la passe d’armes France-Pologne ? (…) Poursuivre la lecture « Révision de la directive sur les travailleurs détachés : la gifle polonaise ou la contradiction européenne »

Quand l’inouï s’invite au cœur de la présidence française : Les gens qui ne sont rien selon le Président Macron

La devise de la France est liberté, égalité, fraternité.

Pourtant un jour, en 2017, le président de la république française E. Macron a déclaré : « Ne pensez pas une seule seconde que si, demain, vous réussissez vos investissements ou votre start-up, la chose est faite. Non, parce que vous aurez appris dans une gare, et une gare, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien, parce que c’est un lieu où on passe, parce que c’est un lieu qu’on partage ». Cette gare est-elle le monde ?

Des gens qui ne sont rien. Après les kwassas-kwassas, le costard et les illettrés, nous allons boire le calice jusqu’à la lie : seuls les mots changent, mais ils sont les facettes de la même pensée. Et pour le coup sans aucune complexité, claire comme de l’eau de roche.

Quelle est cette vision d’une humanité à plusieurs vitesses, où des hommes parce qu’ils ont réussi, seraient quelque chose et d’autres le néant ?

Et de quelle réussite parle-t-on ? La réussite de l’argent. L’argent qui peut tout acheter mais qui peut aussi tout corrompre. Doit-il être le maître, un dieu que l’on sert ? Le critère existentiel qui détermine ce qui est et ce qui n’est pas ? Qui est et qui n’est pas ?

L’argent donne la valeur d’un homme. Eh bien, l’homme qui le pense est bien pauvre et dans l’ignorance de sa condition : il nous parle du haut de son arrogance tapi dans son monde doré, sans nous voir, car nous ne sommes personne. Poursuivre la lecture « Quand l’inouï s’invite au cœur de la présidence française : Les gens qui ne sont rien selon le Président Macron »

Maquillage (politique) à l’Élysée: « Aux âmes bien nées, les rides sans les années… »…

Scandaleux, facile d’utiliser l’argent publique à grands frais quand ce n’est pas le sien.

Un président devrait gérer en « bon père de famille », encore plus lorsqu’il demande des efforts à la nation.

Manifestement les privilégiés sont épargnés et abusent du système.

MVP

Extimités (politiques)...

Le « coût de la poudre de perlimpinpin » …

C’est dans son « forfait beauté« . Jeune, 39 ans à peine, mais comme nous le savons tous, « Aux âmes bien nées, les rides n’attendent point le nombre des années!« . Voila. Oui il peut, c’est nous qui payons, et pas la peine de chercher d’autres bénéficiaires de ce service à domicile. À éviter, tant qu’il ne maquillepas les comptes (à verifier)…

./source

Voir l’article original