Bruno Roger-Petit, le journaliste laquais à la botte du Président

Emmanuel Macron et les journalistes. Une histoire sans fin sur fond de liaisons dangereuses.

Amants complices pendant la campagne présidentielle, mariés le temps du second tour, les casseroles ont fini par valser : le divorce est aujourd’hui consommé. Macron ne veut plus leur parler, se soumettre à la contradiction : diète de conférences de presse, de rendez-vous médiatiques. Jupiter passe, les journalistes trépassent. Pour les plus téméraires, petite garde à vue et procès surprise en option.

Et « en même temps » il veut les utiliser à sa façon. Voilà Bruno Roger-Petit, nommé Porte Parole de l’Élysée. Les bénis-oui-oui ont, eux, une place au soleil.

Macron voudrait « amplifier sa parole dans les médias. Laquelle ?

Cet ancien journaliste à France Télévision, collaborateur des sites de L’Obs et de Challenges, « aura pour mission de relayer la parole publique de l’Élysée et utilisera pour ce faire tous les moyens à sa disposition, notamment le compte Twitter de la présidence ».

Ce Bruno Roger-Petit sera très surveillé. Poursuivre la lecture « Bruno Roger-Petit, le journaliste laquais à la botte du Président »